Pub


Nous retrouver sur Facebook


Habitat Durable





Année chaude

 

développement durable et écologie

 

Les conclusions de l’Institut Godard pour les Etudes Spatiales (GISS), une branche de la NASA, sont formelles : l’année 2007 est la seconde année la plus chaude enregistrée depuis 1880, égalant en termes de températures l’année 1998.

La cause principale de cette hausse des températures est le réchauffement climatique qui affecte la Terre depuis près de 30 ans, avec des pics enregistrés en 1998 et en 2005. Le GISS se base sur des données collectées à partir de diverses installations météorologiques disséminées dans le monde entier, permettant d’avoir des données précises en temps réel.

Les observations satellitaires, combinées à d’autres sources, ont ainsi révélé qu’un réchauffement considérable de l’Arctique est à l’origine de la hausse des températures en 2007. Les régions polaires sont en effet les plus grandes victimes du réchauffement climatique puisqu’elles sont engagées dans un cercle vicieux irréversible. Plus la neige fond, plus la banquise perd sa capacité à réfléchir les rayons du soleil.

Les spécialistes du GISS se font pessimistes quand aux perspectives climatiques pour les années à venir. Bien que 2008 ne présente aucun pic dangereux, de nouveaux records de température sont possibles – dus à l’augmentation de l’effet de serre. Le phénomène El Nino ne fait que se renforcer d’année en année et la marche vers des températures dangereuses pour toutes les formes de vie semble être inexorable. Les humains sont désignés comme les premiers responsables puisque l’émission de gaz carbonique ne cesse de croître, malgré les campagnes retentissantes menées par les organisations de défense de l’environnement.

Sur le long terme, le réchauffement climatique conduira à la montée du niveau des océans qui engloutiront de nombreuses villes situées sur les littoraux. Il y a donc péril en la demeure et si des mesures concrètes ne sont pas prises rapidement, les continents risquent de partir en morceaux.

 

 

Commentez avec Facebook :