Pub


Nous retrouver sur Facebook


Habitat Durable





Année chaude

 

développement durable et écologie

 

 

La recherche en matière de pollution vient de faire un grand bond en avant. En effet, les données recueillies par le capteur Sciamachy installé à bord d’Envisat – satellite environnemental européen – ont pour la première fois permis de disposer d’informations précises sur la répartition régionale de l’émission de C02 d’origine humaine.

Jusqu’ici, l’effet de serre avait été étudié sous un angle plutôt général, incluant toutes les sources de pollution possibles et dans une perspective globalisée. Aujourd’hui, les spécialistes peuvent commencer à chercher de quelles régions partent les 30 milliards de tonnes annuelles de gaz carbonique d’origine humaine.

L’Institut de Physique Environnementale de l’Université de Brême, en Allemagne, vient de lancer une première hypothèse à ce sujet, basée sur les résultats fournis par Sciamachy. Selon ses spécialistes, les zones les plus peuplées d’Europe, situées entre les Pays-Bas et l’Allemagne, génèreraient une grande partie de l’émission humaine de gaz carbonique.

Cela semble tout à fait logique dans la mesure où les fortes concentrations humaines impliquent invariablement la production incessante de déchets de toutes sortes. La quantification du phénomène n’est toutefois pas encore parfaite puisque la majorité des émissions est absorbée par les océans et les puits de carbone naturels dont personne ne connaît l’emplacement exact.

Si ces puits de carbone venaient à saturer (par exemple sous l’effet du réchauffement climatique), ils deviendraient une source supplémentaire de pollution. Il faut donc mener des recherches plus approfondies pour maîtriser toutes les questions relevant des émissions de gaz carbonique d’origine humaine.

C’est un cercle vertueux à entretenir puisque plus les spécialistes disposeront de données précises, mieux ils pourront proposer des prévisions fiables et des solutions adéquates pour réduire, voire éradiquer, l’effet de serre et ses conséquences néfastes sur l’environnement. Mais d’ores et déjà, l’Europe devrait prendre conscience du fait que sa population est l’une des plus polluantes au monde et réagir en conséquence…

 

 

Commentez avec Facebook :