Pub


Les consommateurs verts prêts à payer plus ?

 

développement durable et écologie

 

Aujourd’hui, les préoccupations écologiques et environnementales ne se cantonnent plus à des secteurs spécifiques comme le bâtiment ou le transport. Elles déteignent sur les produits de consommation courante pour lesquels le label vert est de plus en plus sollicité.

Ce fait a été démontré par deux études menées auprès des ménages français. La première, initiée par Ethicity-TNS Media Intelligence en 2006, porte sur la volonté des consommateurs à payer plus pour des produits verts. Selon cette enquête, 76,4% des consultés seraient prêts à investir plus pour acheter des produits aux normes environnementales. Ce chiffre, élevé au premier regard, a pourtant baissé de près de 4% depuis 2005.

La raison de cette baisse peut s’expliquer par le désistement d’une frange de la population face aux coûts conséquents de ces produits. Les entreprises engagent en effet des sommes colossales pour satisfaire aux exigences écologiques, sommes qu’elles sont forcées de recouvrer à travers le prix final. Malgré tout, que ce soit dans le domaine de l’habillement ou de l’alimentation, les ventes de produits verts n’ont jamais été aussi florissantes.

La deuxième étude, menée par le CREDOC en 2006, conforte cette tendance car elle fait ressortir que 61% des consommateurs sont prêts à payer un surcoût de 5% pour les produits verts. Ce pourcentage a fait un bond de 10% en l’espace de quelques années puisqu’en 2002, seuls 52% des interrogés avaient réagi positivement à la question. La balle est donc dans le camp des entreprises.

Elles doivent trouver le moyen de renflouer leurs caisses tout en veillant à ce que les produits verts soient à la portée de la classe moyenne. Elles ont d’ailleurs une large marge de manœuvre et peuvent profiter de la tendance actuelle puisque plus la demande augmente, plus le coût de production et le prix à la caisse baissent.

 

 

Commentez avec Facebook :