Pub


Désodorisants d'intérieur : UFC-Que Choisir tire le signal d'alarme

 

développement durable et écologie

 

Selon UFC-Que Choisir, l'utilisation de désodorisants d'intérieur peut être dangereuse pour la santé. L'association de défense des consommateurs a relevé dans l'ensemble des produits commercialisés la diffusion de subtances chimiques potentiellement allergènes. Les désodorisants d'intérieur ne sont pas en odeur de sainteté dans la maison ! En effet, selon l'association de défense des consommateurs UFC-Que Choisir, la plupart des désodorisants d'intérieur commercialisés sous la forme d'aérosols, d'huiles essentielles, de bougies ou encore de diffuseurs électriques polluent l'air de la maison.

Si globalement les tests réalisés dernièrement sont moins catastrophiques que ceux datant de 4 ans en arrière (les composants cancérigènes sont beaucoup moins fréquents), il n'empêche que l'utilisation régulière de ces parfums d'intérieur est dangereuse pour la santé. La plupart en effet contiennent des substances chimiques allergènes qui se répandent dans l'air ambiant de la maison.

A petites doses, ces polluants sont quasi inoffensifs pour la santé mais lorsque la concentration est importante dans un intérieur clos, la toxicité est avérée. Les résultats des tests qui ont été divulgués dans les colonnes du mensuel de l'association sont sans appel : « Sur 39 produits testés en laboratoire seulement 9 sont « acceptables », estime UFC-Que Choisir.

Les produits les plus polluants sont selon l'association les diffuseurs prêts-à-poser tandis que les encens font « respirer des molécules qu'on ne devrait jamais retrouver dans l'air de son domicile ». Le cocktails de polluants distillé par la plupart des produits testés est généralement composé d'aldéhydes et de composés organiques volatils (C.O.V.). Au regard des résultats obtenus, l'association de défense des consommateurs UFC-Que Choisir préconise aux consommateurs de ne pas utiliser de désodorisants d’intérieur.

Si l'habitude est prise, le mieux est d'éviter l'accumulation des molécules toxiques dans la maison en ouvrant largement les fenêtres après utilisation. Une bonne aération naturelle de la maison via une VMC notamment est indispensable pour renouveler l'air ambiant et ainsi limiter les concentrations. Outre les désodorisants d'intérieur, les principales sources de polluants de l’air intérieur sont liées selon l'Observatoire de la Qualité de l'Air Intérieur à l'activité des occupants des logements (ménage, bricolage, tabac, ...), à la qualité des matériaux de construction de la maison et dans une moindre mesure à la pollution extérieure.

 

 

Commentez avec Facebook :