Pub


Nous retrouver sur Facebook


Habitat Durable





L'écoprêt à taux zéro sur les rails

 

développement durable et écologie

 

Depuis le 1er janvier 2009, les propriétaires souhaitant réaliser des travaux d'isolation thermique ou de rénovation énergétique dans leur résidence principale ont accès à un nouveau prêt à taux zéro, l'écoprêt.
L'écoprêt lancé au 1er janvier 2009 est un dispositif particulièrement intéressant pour les particuliers qui souhaitent financer des travaux visant la réalisation d'économie d'énergie.

Ce dispositif voté dans le cadre du Grenelle de l'environnement lors du projet de loi de finances concerne les particuliers qui souhaitent financer des travaux d’isolation thermique ou de rénovation énergétique dans leur résidence principale (systèmes de chauffage ou de production d’eau chaude utilisant une source d’énergie renouvelable).

Ce prêt ne peut pas dépasser plus de 30 000 € par logement. Cet avantage n'est pas cumulable avec le crédit d’impôt en faveur des économies d’énergie et du développement durable mais il peut par contre être complété le cas échéant par des travaux éligibles réalisés en dehors du plafond de l'Ecoprêt. Il s'applique aux travaux d'isolation thermique des toitures, des murs donnant sur l'extérieur, des parois vitrées, de remplacement des systèmes de chauffage ou de production d'eau chaude. L'écoprêt est attribué sans conditions de ressources. Le remboursement du prêt est prévu sur une période de 7 à 8 ans. Bercy estime que cette opération coûtera environ un milliard d'euros à l'Etat. Le ministère de l'environnement estime à 80 000, en 2009, le nombre de logements qui pourraient être ainsi rénovés.

À terme, ce sont 400 000 logements par an qui sont visés. Au-delà de l'écoprêt à taux zéro, le gouvernement a également décidé de créer un fonds doté de 200 millions d'€ pour aider au financement de travaux en 2009 et 2010. Ce fonds exceptionnel dont la gestion est confiée à l'Agence nationale de l'habitat (Anah) permettra d'aider financièrement 80 000 propriétaires occupants de leur logement.

 

 

Commentez avec Facebook :