Pub


Gaz à effets de serre et OGM au menu des ministres européens de l'environnement

 

développement durable et écologie

 

Du 3 au 5 juillet derniers, les ministres européens de l’environnement étaient réunis à Saint-Cloud dans le cadre de la présidence française de l’Union. Gaz à effet de serre et OGM étaient au coeur des débats.

En matière d'environnement, l'Europe se doit de montrer l'exemple. Mais les choses sont loin d'être faciles : si chaque Etat souhaite faire preuve de bonne volonté, dans le pratique, les contraintes économiques nationales sont autant de frein à l'harmonisation. Début juillet, dans le cadre de la présidence française de l'Union, une réunion de travail informelle s'est tenue à Saint-Cloud en région parisienne.

Cette rencontre a rassemblé autour de la même table les ministres européens de l'environnement ainsi que les ministres de l'énergie. Les discussions ont tourné principalement autour du passage de – 20 à – 30 % de l’objectif européen de réduction des gaz à effet de serre (GES) d’ici à 2020.

Si les 27 arrivent à s'entendre avant décembre 2008, soit avant la fin de la présidence française, l’Europe pourrait imposer un accord climatique qui ferait date en vue de la conférence des Nations Unies de Copenhague programmée en décembre 2009. Jean-Louis Borloo, ministre français de l'environnement a précisé que l’Europe n’adoptera cet objectif de -30 % que, et seulement si, les autres grands émetteurs mondiaux de gaz à effet de serre s'alignent sur des engagements significatifs.

Concernant les OGM, la secrétaire d’Etat à l’écologie, Nathalie Kosciusko-Morizet a précisé qu'un groupe de travail européen serait prochainement constitué pour réfléchir à un renforcement de l’évaluation sanitaire et environnementale avant l'autorisation de mise sur le marché. Sont visés notamment les procédures d'évaluation des effets à long terme des OGM et la transparence de ces procédures. A terme, la volonté d'un durcissement de la réglementation européenne est clairement affichée par la France. Une opinion largement partagée par la plupart des états membres de l'UE.

 

 

Commentez avec Facebook :