Pub


Nous retrouver sur Facebook


Habitat Durable





L'eau dégradée par les pesticides

 

développement durable et écologie

 

La pollution de l’air et de l’atmosphère est souvent mise sous les feux des projecteurs : émissions de gaz à effet de serre, trous dans la couche d’ozone, etc. La terminologie est devenue banale même pour les néophytes. Pourtant, il existe une autre forme de pollution trop souvent occultée mais qui est tout aussi dangereuse que la pollution atmosphérique : celle de l’eau.

Elle est pourtant bien présente même si peu visible. Les scientifiques affirment que la pollution des nappes phréatiques et des cours d’eau est lente et inexorable. La contamination de l’eau par des éléments chimiques peut se faire même un siècle après l’utilisation de ces derniers. L’exemple de l’effet des produits phytosanitaires (pesticides et engrais chimiques divers) sur l’eau est plus que saisissant.

Une étude menée par l’Institut français de l’environnement démontre que 99% des cours d’eau et 55% des nappes souterraines sont touchées par les pesticides. Le niveau de contamination est de 36% en surface et de 25% en sous-sol. D’ici quelques années, si des mesures concrètes de sont pas prises pour endiguer ce phénomène, aucun cours d’eau ne sera plus assez sain pour pouvoir produire de l’eau potable.

Les scientifiques proposent comme solution la mise en place d’un soutien à l’agriculture intégrée ou biologique. Par agriculture intégrée, il faut comprendre une agriculture qui utilise des moyens naturels pour lutter contre les aléas de la nature. Le cas de l’utilisation des coccinelles contre l’invasion des pucerons est le meilleur exemple qui soit. Il faudrait en plus instaurer une taxe dissuasive sur les pesticides qui sont souvent utilisés à tort et à travers, surtout par les particuliers.

Enfin, les pouvoirs publics devraient mettre en œuvre une politique de protection des bassins versants contre les pesticides. Pour cela, il faudra négocier avec les agriculteurs et les sensibiliser sur les effets néfastes des pesticides sur leurs cultures et sur l’eau.

 

 

Commentez avec Facebook :