Pub


Photovoltaïque

 

développement durable et écologie

 

L’utilisation des énergies renouvelables, propres, saines et économiques, est aujourd’hui au centre de toutes les préoccupations. A ce propos, un consortium de plusieurs universités et d’industriels britanniques a lancé en 2004 un vaste programme de recherche ayant pour but de trouver des techniques permettant de réduire de moitié le coût de l’énergie photovoltaïque.

Mené d'une main de maître par le professeur Ken Durose de l'université de Durham, le projet est notamment financé par l'EPSRC et SUPERGEN. Sa première phase ayant été fructueuse, il vient d'être reconduit pour quatre autres années. Si tout se déroule selon les plans du consortium, le monde pourra bénéficier en 2012 d'une nouvelle vision du photovoltaïque qui jusqu'ici, reste une source d'énergie assez chère.

Les réalisations majeures du groupe tiennent aujourd’hui à la mise en place des plateformes destinées à l’étude de cellules à couches minces fabriquées à partir de 3 types de semi-conducteurs : le tellurure de cadmium, le cuivre indium sélénium et le silicium. A long terme, les chercheurs projettent de produire des matériaux alternatifs à l’indium qui compose les cellules photovoltaïques actuelles et qui est très coûteux. Ils planchent aussi sur la faisabilité d’une production industrielle de ces cellules pour amoindrir encore le coût global des installations photovoltaïques.

Enfin, les recherches menées par ces éminents spécialistes cherchent à augmenter la capacité d’absorption ionique des cellules étudiées et tendent à maximiser le taux de conversion électrique des semi-conducteurs.

En un mot, aucune autre étude menée sur le photovoltaïque n’a encore suscité autant d’espoir dans le milieu des énergies renouvelables. Si ses résultats sont positifs, le paysage énergétique mondial connaîtra un bouleversement certain qui sera bénéfique à la fois à l’environnement et aux conditions de vie des populations. L’évolution du projet est donc à suivre de très près car l’avenir du photovoltaïque en dépend largement.

 

 

Commentez avec Facebook :