Pub


Nous retrouver sur Facebook


Habitat Durable





La voiture verte à Genève

 

développement durable et écologie

 

Le Salon de Genève est le rendez-vous annuel des férus de l’automobile. C’est le lieu et l’endroit idéal pour lancer une mode et cette année, le salon n’a pas failli à la tradition. Cette fois-ci, ce sont les voitures vertes qui sont à l’honneur. Par vertes, il faut entendre des voitures hybrides qui consomment conjointement des hydrocarbures classiques et du biodiesel ou biocarburant, mais aussi des voitures électriques qui fonctionnent soit avec des piles à combustibles, soit avec des batteries spéciales.

En un mot, la voiture verte est tout véhicule dont le taux d’émission de gaz carbonique va de néant jusqu’en dessous de 160g/km. Dans ce dernier cas de figure, l’expression semble trompeuse et il faudrait plutôt parler de voiture moins polluante que de voiture verte à 100%.

Au-delà de ces questions de terminologie, il faut reconnaître que le concept même de voiture verte a gagné beaucoup de terrain ces dernières années. Des marques haut de gamme comme BMW ou Honda se sont mises à développer leurs prototypes de la voiture écologique par excellence et si aucune d’entres-elles n’a pour l’instant sorti le modèle idéal, il faut croire que cela ne saurait tarder.

Le Salon de Genève a déjà permis de découvrir les derniers rejetons verts de Renault : le 4x4 SUV Koleos et la Clio Sport qui suscitent la curiosité du public pour leur mode de fonctionnement hybride mais qui le fait aussi fuir dès qu’il est question de prix. En matière de prix justement, les constructeurs conçoivent de plus en plus de véhicules de taille réduite pour pouvoir offrir un prix compétitif.

Parallèlement à cela, il faut baisser l’émission de CO2 de la majorité des véhicules jusqu’à 120g/kg, selon les objectifs de l’Union Européenne. La voiture verte en est encore à ses balbutiements mais tout indique qu’elle sera bientôt la vedette du marché français, voire mondial, de l’automobile.

 

 

Commentez avec Facebook :